Allan Evard, US Yverdon

Allan Evard US Yverdon

Nom: Allan Evard
Année de naissance: 1997
Habite à: Yverdon-les-Bains

Club: US Yverdon
Fonction: entraîneur junior, responsable loto & buvette

«Au handball, tout le monde doit tirer à la même corde»

 

Ta place préférée est ici au bord du lac à Yverdon-les-Bains, pourquoi?

Allan: Le stade d’athlétisme se trouve juste derrière cette haie, et nous y faisions souvent nos entraînements physiques dès les plus jeunes catégories. Après on allait se baigner par ici, dans le lac. Cela fait plus de 10 ans maintenant.

Tu es un vrai enfant de l’US Yverdon dans ce cas?

Allan: Oui, j’ai toujours joué à Yverdon. J’ai commencé le handball très jeune, à 9 ans, et hormis une entente avec la West en M17, notre équipe est toujours restée à Yverdon. Je suis bien ici, et même si je souhaite toucher un peu à la ligue B, je préférerais que ce soit avec mon club.

Comment as-tu découvert le handball?

Allan: Je suis arrivé au handball à travers le sport facultatif proposé par le club. Je faisais du tennis et mes parents voulaient que j’essaie autre chose. Je ne suis jamais reparti (rit). Ce qui m’a plu dès le départ, c’est le caractère 'équipe' que je trouve très prononcé au handball, plus que dans le foot ou le basket par exemple qui ont des composantes très individualistes. Au handball, tout le monde doit tirer à la même corde, il n’y a pas vraiment de place pour l’égo. Et il y a les valeurs et vertus que nous défendons: le dépassement de soi, la compréhension de l’autre, l’aspect tactique aussi. Et c’est une bonne dose d’adrénaline.

Comment es-tu devenu entraîneur?

Allan: J’ai reçu beaucoup de la part du club, donc je trouvais normal de redonner un peu en retour. J’aimerais devenir enseignant et je me suis dit que c’est une façon d’allier l’utile et l’agréable. J’ai commencé comme assistant de Zoltan Majeri qui entraînait les M13 à l’époque. J’aime beaucoup le regard nouveau qu’il a amené dans notre club. De fil en aiguille, j’ai passé mes papiers et j’ai commencé à encadrer les jeunes. J’aime le contact avec eux et leur transmettre un sport qui me passionne. Je suis entraîneur depuis 4 ans maintenant.

Comment te décrirais-tu comme entraîneur?

Allan: Comme entraîneur, j’essaie d’être méticuleux et d’avoir une structure d’entraînement préparé le plus souvent possible. J’essaie de toujours proposer quelque chose de qualité, de cohérent et de ludique. Mon objectif est qu’ils prennent du plaisir. J’essaie de mélanger aussi souvent que possible, de leur faire comprendre qu’on ne commence pas tous au même âge et qu’on n’est pas tous au même stade. Et on met aussi un accent particulier sur les filles pour les encourager à pratiquer le handball.

Quel moment t’a particulièrement marqué?

Allan: C’est un match que nous avons joué durant ma première saison comme assistant d’entraîneur. Notre objectif était de monter en catégorie Inter, tout comme TCGG. On était à couteau-tiré avec notre concurrent, et l’entraîneur ne pouvait pas être présent. Alors c’est moi qui suis allé au match et qui étais assis sur le banc. On a gagné d’un but, à la dernière seconde. Ce moment m’a marqué – j’en ai encore des frissons maintenant.

Quelles sont tes forces selon toi?

Allan: Je suis assez posé, je m’énerve rarement. Je trouve cette attitude plus cohérente parce que si tu t’énerves vraiment une fois, les enfants comprennent le message. Je suis une personne ouverte, j’essaie toujours d’aller discuter avec les autres entraîneurs, de mon club ou des autres clubs.

Et que vois-tu comme faiblesses?

Allan: Je dois encore m’améliorer au niveau de la communication – parfois je fais les choses à la dernière minute.

Que retires-tu de ton engagement bénévole?

Allan: Comme je disais, je souhaite devenir enseignant, cet engagement m’a donné une facilité à poser le dialogue. Un peu de respect et d’autorité également parce que j’ai l’habitude de tenir vingt enfants qui courent partout. Et j’ai gagné en organisation et planification – ce n’est pas du tout mon point fort à la base, mais c’est très utile (rit). Je me suis toujours engagé pour le plaisir, parce que j’aime le faire. Bien sûr, il y a des responsabilités, des droits et devoirs, mais ce n’est pas du tout une charge. En ce sens, le terme «bénévolat» est très bien choisi.

Presenter Femmes

La Fédération Suisse de Handball (FSH) est la fédération nationale et le centre de compétence du sport de handball en Suisse.
Elle est membre de Swiss Olympic, de la Fédération internationale (IHF) et européenne (EHF) de handball.

Fédération Suisse de Handball ,
Tannwaldstr. 2, Case postale 1750, 4600 Olten
Tel +41 31 370 70 00 - Fax +41 31 370 70 09 -
shv-fsh@handball.ch


haut de page