Engage-toi comme arbitre!

Pilotversuch des Projekt Schiedsrichter-Gewinnung des SHV. (Bild: Roland Peter)

Quiconque souhaite s'engager comme arbitre sera davantage accompagné et soutenu. Dans ce but, la FSH réorganise la formation des arbitres en vue de la saison 2019/20. Les clubs en tirent de nombreux avantages.

Le principe de base

Au lieu de participer à un cours théorique de deux jours et à un tournoi pour acquérir les bases pratiques, un candidat d'arbitre suivra plusieurs modules durant sa formation. Les modules prennent la forme d'entretiens avec un encadrant, de cours de base et de cours d'approfondissement, et surtout d'engagements pratiques. Durant chaque phase de sa formation, l'arbitre en herbe est accompagné et soutenu par un encadrant sur place: ensemble, ils notent les progrès réalisés et définissent de nouveaux objectifs. Selon ses connaissances et son attitude, le jeune arbitre, appelé «aspirant d'arbitre», suivra entre deux et quatre modules pratiques (voire plus si estimé nécessaire). «La majorité des aspirants terminera sa formation en une année», estime Christian Müller, responsable de la concrétisation des cours.

Assumer le rôle d'arbitre

Si la structure de la formation change, les contenus seront également révisé de fond en comble. «En caricaturant un peu, on peut dire que jusqu'à présent, il y avait beaucoup d'administration, d'apprentissage des règles, puis un test qu'il fallait réussir», ajoute Christian Müller. Dorénavant, l'aspirant apprendra à se comporter en arbitre afin de gérer le match avec conviction. «Cela concerne les gestes de main, l'utilisation du sifflet, le langage corporel sur et en dehors du terrain», explique encore Müller. De plus, le cours de base abordera des éléments de compréhension du jeu et des informations pratiques et administratives.

Après avoir suivi le cours de base, l'aspirant d'arbitre devra mettre en application le contenu lors de ses premiers matchs en tant qu'arbitre. C'est seulement par la suite qu'il abordera les questions techniques des règles de jeu lors du cours d'approfondissement et en auto-apprentissage. Et alors, plus de test des règles? «Il y aura aussi une évaluation des connaissances des règles dans la nouvelle structure de formation», assure Christian Müller, «mais à un autre moment et vraisemblablement sous une autre forme.»

Un échange personnel

Le handball suisse a cruellement besoin de nouveaux arbitres. Les raisons de ce manque sont cependant complexes et pas toujours liées à la discpline sportive, selon le responsable du projet Ulrich Pfister. Une raison réside dans la structure même de la formation avec une seule date de début de formation, structure qui n'est plus adaptée aux besoins actuels des clubs et bénévoles. La nouvelle formule tient compte de ce facteur en proposant dorénavant six dates en Suisse alémanique et quatre dates en Suisse romande pour suivre le cours de base.

De plus, il manquait, au sein des clubs, un filtre précédant la participation au cours de base. Par conséquent, les cours étaient certes pleins, mais les désistements après les premiers engagements autant nombreux. Pour Ulrich Pfister, il est évident qu'«il ne devra plus être possible d'envoyer des candidats au cours sans les avoir informés convenablement de l'engagement requis, de leurs motivations et des tâches concrètes.» C'est pourquoi chaque aspirant d'arbitre sera, en premier lieu, invité à un entretien individuel avec un responsable de la formation. «Lors de cet entretien, nous ferons connaissance avec la personne, et clarifierons ses motivations et ressources disponibles», explique Ulrich Pfister.

L'avantage pour le candidat: Il saura clairement ce à quoi il devra s'attendre en devenant arbitre. L'entretien sera suivi d'une première appréciation qui déterminera si l'aspirant d'arbitre pourra suivre le cours de base ou non. Si le candidat ne correspond absolument pas au profil d'arbitre, le responsable de la formation pourra donc le refuser (en accord avec le responsable des arbitres du club concerné).

Les avantages pour les clubs

L'objectif prioritaire de la restructuration ne réside donc pas dans la formation d'un plus grand nombre d'arbitre. Comme le dit Pfister: «Nous voulons accompagner au mieux les personnes réellement motivées pour leur permettre de poursuivre durablement leur engagement en tant qu'arbitre.»

Avec la nouvelle formule de formation, les bénéfices pour les clubs sont multiples. Une personne intéressée pourra rapidement se lancer dans la formation, les aspirants d'arbitre ne seront pas «jetés à l'eau» mais disposeront de suffisamment de temps pour acquérir les techniques et connaissances nécessaires. Enfin, la formation restera gratuite pour les participants - et ce malgré un suivi plus rapproché et plus intense de la part des observateurs et encadrants. « Nous offrons une décharge et un soutien concret aux clubs - à eux d'en profiter», lance Ulrich Pfister.

Inscription

Données de contact
Informations
Envoyer le formulaire

La Fédération Suisse de Handball (FSH) est la fédération nationale et le centre de compétence du sport de handball en Suisse.
Elle est membre de Swiss Olympic, de la Fédération internationale (IHF) et européenne (EHF) de handball.

Fédération Suisse de Handball ,
Tannwaldstr. 2, Case postale 1750, 4600 Olten
Tel +41 31 370 70 00 - Fax +41 31 370 70 09 -
shv-fsh@handball.ch


haut de page