Handball Suisse
de  |fr Seite durchsuchen
Schrift vergrössern Home Kontakt Sitemap
   
Home /

News Handball Suisse



Liveticker
Livestreams
Mobiliar Topscorer
       
Protêt confirmé
La Court of Handball de l'EHF confirme le protêt en lien avec le match de qualification pour le Mondial contre la Bosnie-Herzégovine. La Suisse gagne 10-0 par forfait.
Du tracteur au handball
Ce week-end, la SG Yverdon/Crissier affrontera le HV Herzogenbuchsee en tour de promotion/relégation de SPL. Portrait de sa capitaine et pivot, Amandine Sauty.
"Préfère regarder les faits"
Depuis le 1er février, Martin Albertsen est responsable de l'équipe nationale suisse féminine. Dans l'entretien avec la FSH, le Danois de 43 ans parle de ses premières impressions et ambitions.
"Chaque match un combat"
La SG Yverdon/Crissier (SPL2) a un nouvel entraîneur depuis janvier: le français Désiré Parfait a repris l'équipe romande des mains de Zoltan Majeri. Premier objectif: surprendre les adversaires du tour de promotion SPL1/SPL2.
16.02.2018
Protêt confirmé par l'EHF - victoire par forfait contre la Bosnie

La cour de la Fédération européenne de handball (EHF) a confirmé le protêt déposé par la Suisse à la suite du match de qualification pour les championnats du monde du 13 janvier 2018 contre la Bosnie-Herzégovine. La rencontre est de ce fait déclaré gagné par forfait (10-0) par la Suisse, étant donné que la Bosnie-Herzégovine avait engagé un joueur non-inscrit sur le rapport officiel du match.

Le match à Tuzla s'était soldé par une victoire 21-15 des hôtes. Mais les responsables de la Fédération Suisse de Handball (FSH) avaient déposé un protêt à la fin du match parce que le joueur bosniaque Tomislav Nuic ne figurait pas sur le rapport officiel de match.

La cour de l'EHF a reconnu le protêt en arguant que la délégation respective est seule responsable de fournir un rapport de match dûment rempli et que le règlement déterminant ne prévoit aucune autre conséquence qu'une défaite par forfait pour la nation fautive.

Suite à ce résultat, la Suisse se qualifie pour les playoffs des championnats du monde et affrontera la Norvège, vice-champion du monde en titre, au mois de juin. Le match aller aura lieu entre le 8 et 10 juin, le match retour entre le 12 et 14 juin. La Bosnie-Herzégovine a la possibilité de s'opposer à la décision de l'EHF en déposant un recours auprès de la cour d'ici le 21 février 2018.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

« schliessen
16.02.2018
SPL1/SPL2: une semaine marathon avec Amandine Sauty

Elle est capitaine, pivot et blagueuse de la SG Yverdon/Crissier. Toujours prête à encourager son équipe, à la solidifier et protéger. Elle, c’est Amandine Sauty, 32 ans, et passionnée de handball depuis plus de 17 ans. Mais sur le plan professionnel, Amandine est active pour un autre sport – le football.

L’European Club Association (ECA), dont le siège se trouve à Nyon, représente les droits des clubs de football au niveau européen face à l’UEFA et la FIFA. Celle qui, durant son temps libre, est dévouée au handball, organise les événements et congrès de l’ECA, s’occupe des transports, de l’hébergement et du programme. «Quand j’avais terminé ma formation à la Haute école de gestion de Nyon, je n’ai pas trouvé de travail tout de suite», explique-t-elle. «En 2008, j’ai travaillé comme bénévole à l’Euro de foot à Genève, et l’UEFA avait gardé mon profil dans sa base de données. Lorsque l’ECA a cherché quelqu’un pour ce poste, mon profil est ressorti et j’ai pu me présenter.» D’ailleurs, elle n’a jamais joué au foot elle-même ("pire - j'ai fait de la gym aux agrès avant de commencer le handball"), mais préfère voir ce sport à l’écran ou au bord du terrain.

Le poste qu’elle occupe à 80% l’amène régulièrement en voyage à l’étranger. Une dizaine de jours par année, estime la Vaudoise, avant de poursuivre en riant: «J’arrive le matin, et on repart généralement le soir-même. Souvent je ne vois que l’aéroport». Des voyages qui n’empêchent pas Amandine de s’entraîner plusieurs soirs de la semaine. «Tout est une question d’organisation!»

Des courbatures avant l'entraînement
Mais ce n’est pas tout: une fois par semaine, Amandine se lance dans une activité totalement différente. Au lieu de monter dans un avion, elle monte … sur un tracteur. «Avec ma grande sœur, nous soutenons notre père dans son travail sur le domaine agricole.» Proche de la retraite, celui-ci souhaitait que la ferme reste en mains familiales. Et ni Amandine ni sa sœur aînée pouvaient s’imaginer «qu’elle soit vendue ou louée à quelqu’un d’autre». Afin de pouvoir reprendre le domaine à moyen terme, les sœurs ont déjà passé une formation agricole accélérée de dix mois. «C’est très différent de ce que je fais durant ma semaine de travail. Mais ça me plaît», commente Amandine. Même si le vendredi soir, il lui arrive d’avoir des courbatures avant même de commencer l’entraînement de handball …

Avec quatre séances d’entraînement, les matchs, son engagement auprès de deux équipes juniors vaudoises, les séjours à l’étranger et son travail à la ferme, une semaine ordinaire d’Amandine ressemble à une course de marathon. Pourtant, diminuer ses activités, voire se retirer du sport au niveau national n’est pas une option pour elle. «Bien sûr, je ne suis plus la plus jeune de mon équipe ou de la ligue. Mais je ne me sens pas encore ‘trop vieille’ pour jouer au handball. Tant que j’arriverai à suivre les autres et que je ne me sens pas enrouillée, je continuerai.» Pour l’instant, la pivot veut surtout profiter de l’instant présent avec son équipe de SPL2 et rester optimiste pour la suite du championnat.

"On se battra pour gagner des points"
Car celle-ci s’annonce difficile pour la SG Yverdon/Crissier qui doit jongler avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur, Désiré Parfait, et le départ de la topscoreuse Shadya Goumaz. «Ce n’est pas facile d’entrer dans le tour de promotion/relégation avec une nouvelle personne et de nouvelles méthodes de travail», reconnaît la capitaine de l’équipe. «Mais c’est aussi l’occasion d’amener une nouvelle dynamique dans le jeu d’équipe.» Quant au vide qu’a laissé Shadya sur le terrain, elle estime que chaque joueuse doit désormais prendre un peu plus ses responsabilités. Et de glisser que son équipe a toujours été la plus forte quand on l’attendait le moins. Après le premier match mitigé contre le HSC Kreuzlingen le week-end dernier, les Romandes rencontreront le HV Herzogenbuchsee ce samedi. L’objectif d’Amandine est clair: «On se battra pour gagner des points.»
 


SPAR Premium League
SPL1/2 tour de promotion/relégation – 2e journée
Samedi, 17 février
HV Herzogenbuchsee – SG Yverdon & Crissier, 16h (Mittelholz, Herzogenbuchsee)
Yellow Winterthur – GC Amicitia Zürich, 17h (Eulachhalle, Winterthur)
HSC Kreuzlingen – HSG Leimental, 18h (Egelsee, Kreuzlingen)

Tous les matchs peuvent être suivis en direct sur handballTV.ch

Partager:

Source: Carolin Thevenin/image: US Yverdon

« schliessen
15.02.2018
Entretien avec Martin Albertsen, nouveau sélectionneur féminin

L’équipe suisse féminine a terminé son premier stage d’entraînement à Hochdorf sous l’égide du nouveau sélectionneur Martin Albertsen. Âgé de 43 ans, ce Danois entraîne le club allemand SG BBM Bietigheim et avait remporté le championnat allemand l’été dernier. Actuellement il est engagé dans le tour principal de la ligue des Champions féminine. Interviewé par la FSH, il livre ses premières impressions et décrit sa philosophie du handball et ses ambitions.
 



Martin Albertsen, vous venez de terminer deux journées d’entraînement avec l’équipe nationale suisse. Quelles ont été vos premières impressions?

Martin Albertsen: Mes impressions sont très positives après ces deux jours. Les joueuses montrent de l’ambition et veulent réussir à tout prix. Je suis confiant, non seulement pour l’équipe nationale, mais pour le handball féminin en général en Suisse. Je pense qu’actuellement il y a beaucoup de jeunes talents, nous n’avons pas à nous cacher en comparaison aux autres nations.

Aviez-vous déjà eu contact avec le handball féminin suisse avant votre engagement comme sélectionneur national?

Martin Albertsen: Je n’aurais pas pris cet engagement si je ne croyais pas en nos chances de progresser. Bien entendu, j’ai analysé la situation et remarqué qu’il y a un potentiel évident. Il y a quelques années, lorsque j’étais engagé à Viborg, nous avons rencontré le LC Brühl en tour de qualification de la ligue des Champions. Et j’ai observé beaucoup d’autres équipes de clubs lors de tournois de préparation au niveau international. Le potentiel futur existe, c’est pourquoi je m’attends à une évolution positive pour les années à venir.

«Les différentes personnalités s’entendent très bien. C’est encourageant, parce que je peux directement me concentrer sur le handball et moins sur la création d’un groupe.»


Vous avez dit que le handball féminin en Suisse ne croit pas assez en ses forces, qu’on se rabaisse inutilement. Comment faut-il comprendre cette idée?


Martin Albertsen: Oui, c’est quelque chose que j’ai ressenti durant les premiers entraînements. A Bietigheim, j’ai l’habitude de travailler avec les joueuses des équipes nationales de l’Allemagne, du Danemark ou des Pays-Bas. Je peux garantir que certaines Suissesses sont au même niveau que ces joueuses-là – mais elles ne croient pas en leurs forces, parce qu’elles n’ont jamais pu se mesurer à un niveau de club d’élite.

De manière générale, le handball féminin en Suisse est meilleur que le prétendent beaucoup de personnes. Bien sûr, cette faiblesse est faite maison, du moins en partie, parce que l’attention du public a manqué ces dernières années. Et cette croyance s’est ancrée dans la tête des joueuses.

Mais je préfère regarder les faits. Quand je vois des talents qui ont le même niveau que les joueuses allemandes ou danoises, je le dis ouvertement. Il est important que mes joueuses puissent s’autoévaluer correctement, parce que c’est une motivation supplémentaire de savoir qu’on a de bonnes perspectives dans son sport. Il ne s’agit pas du tout de mensonge ou de flatterie – je resterai toujours honnête. Mais j’ai vu beaucoup de talent ses derniers jours.

C’est la première fois que vous entraînerez une équipe nationale. Comment appréhendez-vous ce travail?

Martin Albertsen: En club, vous avez beaucoup de temps pour construire et faire évoluer une équipe. C’est différent avec une équipe nationale, c’est pourquoi il faut davantage passer par le handball ‘de base’. Avec beaucoup de petites remarques comment les joueuses peuvent s’améliorer sur le plan individuel. Mon plan est de disposer d’un concept simple pour le collectif, mais d’être avant tout en contact rapproché avec les joueuses afin de les faire évoluer en collaboration avec leurs clubs. Nous construirons une équipe forte en passant par ces qualités individuelles.


Qu’avez-vous remarqué en particulier durant ce premier stage?

Martin Albertsen: J’ai ressenti tout de suite qu’il y a une très bonne ambiance dans l’équipe. Toutes ont montré beaucoup de plaisir et de motivation à travailler. D’ailleurs, c’est ce que beaucoup de nations essaient d’atteindre – nous, on l’a déjà acquis. Les différentes personnalités s’entendent très bien. C’est encourageant, parce que je peux directement me concentrer sur le handball et moins sur la création d’un groupe. C’est une très bonne base de départ.
 

«Le mot d’ordre sera „être solidaire – et le danger est là où il y a le ballon“»


Quelle est votre philosophie de handball?

Martin Albertsen: J’essaie de promouvoir un handball simple, qui peut aussi être attractif. Cela implique de la vitesse, bien sûr, mais pas à tout prix. Il s’agit surtout de réduire le nombre d’erreurs. Si nous nous accordons moins d’erreurs techniques, nous aurons tout de suite plus de chances de marquer des buts.

Bien entendu, nous mettons aussi un accent fort sur la défense. Pour moi, la défense demande beaucoup de travail d’équipe et de soutien réciproque. C’est une question de mentalité d’élaborer une défense solidaire. Cela a l’air très facile en théorie. Mais en tant qu’entraîneur d’équipes féminines de longue date, je sais que ce n’est pas toujours simple à mettre en œuvre, parce que les joueuses se posent beaucoup de questions sur les suites de chacune de leurs actions. C’est pourquoi notre jeu doit rester simple. Le mot d’ordre sera „être solidaire – et le danger est là où il y a le ballon“.

Le 21 mars aura lieu le match à domicile contre l’Ukraine, votre première compétition sérieuse. Que pouvez et voulez-vous changer dans un délai si court?

Martin Albertsen: Le plus important sera de croire en nos forces. Dans leur quotidien, nos joueuses sont en contact permanent avec beaucoup de personnes différentes. Si toutes ces personnes les persuadent qu’elles n’y arriveront pas, je peux garantir une chose: On n’y arrivera pas. Nous devons à tout prix reconnaître le potentiel que nous avons à disposition. Ensuite nous mettrons l’accent sur les tâches à venir et montrerons au public à Siggenthal que nous avons une jeune génération de joueuses très prometteuses. Je promets de faire tout pour y arriver, et j’attends de l’équipe qu’elle en fasse de même.

Il s’agit donc de casser en quelque sorte la mentalité suisse?

Martin Albertsen: Non, ce ce n’est pas ce que je voulais dire. Je suis danois, je ne connais pas la mentalité suisse (rit). Mais il est évident que quand on a l’habitude de perdre, cela devient une routine. Tout d’un coup, une défaite serrée devient un succès. Mais je ne peux pas réfléchir ainsi. Une défaite est une défaite, qu’importe le score obtenu. Je préparerai et accompagnerai l’équipe toujours dans le but de gagner le prochain match. Si nous donnons tout et que nous perdons avec dix buts d’écart, nous devons accepter ce résultat. Mais nous devons toujours tout essayer pour garder une chance de gagner. Par le passé, j’ai vu beaucoup de matchs où je me suis dit: Là, il y avait une possibilité de gagner. Pourquoi ne l’avons-nous pas fait? La victoire doit devenir l’ambition primaire.
 



La personne
Nom: Martin Fruelund Albertsen (43)
Nationalité: Danemark
Etat civil: marié à Anne, deux enfants
Licence d’entraîneur: EHF Master Coach
Club actuel: SG BBM Bietigheim (champion allemand)

Palmarès (extrait)
Vainqueur de la Coupe danoise 2003 (Viborg HK)
Vainqueur de la Coupe EHF 2004 (Viborg HK)
Champion danois 2004 (Viborg HK)
Champion allemand 2006 (HC Leipzig)
Vainqueur de la Coupe allemande 2006 (HC Leipzig)
Entraîneur d’équipe féminine de l’année en Allemagne 2006
Participation à la finale de Coupe EHF 2012 (Viborg HK)
Vainqueur de la Coupe danoise 2012 (Viborg HK)
Participation à la finale de Coupe EHF 2017 (SG BBM Bietigheim)
Champion allemand 2017 (SG BBM Bietigheim)
Vainqueur de la Supercup allemande 2017 (SG BBM Bietigheim)
Entraîneur d’équipe féminine de l’année en Allemagne 2017

 

Partager:

Source: Marco Ellenberger

« schliessen
14.02.2018
Trois questions à ... Désiré Parfait, nouveau coach d'Yverdon/Crissier

Depuis le début de l’année, le Lillois Désiré Parfait a repris l’équipe SPL2 d’Yverdon/Crissier de Zoltan Majeri, parti en Argovie pour sauver le TV Endingen de la relégation en LNB. A 51 ans, Désiré Parfait vient de débuter une nouvelle aventure en Suisse romande. Entretien avec celui qui souhaite mener la seule équipe romande au niveau national en SPL1.
 



Peux-tu décrire ton parcours handballistique jusqu’ici et pourquoi tu as voulu commencer une nouvelle aventure en Suisse?

Désiré Parfait: J'ai joué au niveau national en France. J'ai été très vite attiré par la fonction d'entraîneur: J'ai commencé par entraîner des jeunes et suis rapidement passé sur les adultes masculins au niveau national dans le nord de la France.

Ensuite, je suis parti dans le Sud de la France, ou j'ai continué à entraîner des équipes masculines durant deux ans, avant de passer sur le secteur féminin à Narbonne. Je ne pensais jamais prendre en main une équipe féminine, mais mon ami Michel Plaza, ancien président du club, m’avait convaincu. Tout s'y est passé très vite, puisque nous avons développé le club et effectué cinq montées en sept ans.

Avec la nouvelle direction du club, il y a eu des moments plus difficiles. Malgré plusieurs contacts l'été dernier, j'avais décidé de faire un break. Mais quand vous êtes un passionné, il y a un manque certain. Je voulais changer d'air et connaître une nouvelle aventure, et me suis dit: pourquoi pas en Suisse? Était-ce le hasard, ou le destin? En tout cas, cela s'est fait très vite avec Yves Pfister, président d'Yverdon, qui cherchait un entraîneur. Je peux aussi compter sur le soutien de mon épouse et de mes deux filles qui sont restées à Narbonne.

Comment perçois-tu les équipes que tu entraîneras dorénavant? Quelles sont leurs forces, leurs faiblesses? Et quelle est ta philosophie de jeu, qu’amèneras-tu de nouveau?

Désiré Parfait: Tout d'abord, je voudrais saluer mon prédécesseur Zoltan qui a fait un excellent travail à Yverdon depuis plusieurs années. Les joueurs et les joueuses sont amateurs, avec une priorité au travail et aux études. Ce n'est pas toujours simple de disposer de tous les joueurs aux entrainements et aux matchs. Ma philosophie de jeu est surtout basée sur la défense, en se projetant le plus vite possible chez l'adversaire pour tenter de suite de le déstabiliser. L’équipe masculine (1ère ligue) est assez homogène avec de très bonnes individualités. Chez les dames (SPL2), il y a plutôt une faiblesse sur le plan de la technique individuel. De plus, chez les dames comme chez les hommes, il y a actuellement un manque de physique. Par contre, il y a une grosse envie et de la combativité.

Les deux équipes d’Yverdon jouent actuellement leur promotion. Comment vois-tu leurs adversaires et leurs chances d’accéder au stade supérieur?

Désiré Parfait: C'est un peu compliqué de répondre, je découvre le championnat suisse et les adversaires au fur et à mesure des matchs joués. Ce que je peux dire, c'est que l'on mettra tout en œuvre aussi bien chez les Dames que chez les hommes pour essayer d'accéder au niveau supérieur. A ce stade de la compétition, chaque match est un combat.
 



Sa, 17 février 2018, 16h
HV Herzogenbuchsee - SG Yverdon/Crissier

Partager:

Source: Carolin Thevenin

« schliessen
16.02.2018
Protêt confirmé par l'EHF - victoire par forfait contre la Bosnie

La cour de la Fédération européenne de handball (EHF) a confirmé le protêt déposé par la Suisse à la suite du match de qualification pour les championnats du monde du 13 janvier 2018 contre la Bosnie-Herzégovine. La rencontre est de ce fait déclaré gagné par forfait (10-0) par la Suisse, étant donné que la Bosnie-Herzégovine avait engagé un joueur non-inscrit sur le rapport officiel du match.

Le match à Tuzla s'était soldé par une victoire 21-15 des hôtes. Mais les responsables de la Fédération Suisse de Handball (FSH) avaient déposé un protêt à la fin du match parce que le joueur bosniaque Tomislav Nuic ne figurait pas sur le rapport officiel de match.

La cour de l'EHF a reconnu le protêt en arguant que la délégation respective est seule responsable de fournir un rapport de match dûment rempli et que le règlement déterminant ne prévoit aucune autre conséquence qu'une défaite par forfait pour la nation fautive.

Suite à ce résultat, la Suisse se qualifie pour les playoffs des championnats du monde et affrontera la Norvège, vice-champion du monde en titre, au mois de juin. Le match aller aura lieu entre le 8 et 10 juin, le match retour entre le 12 et 14 juin. La Bosnie-Herzégovine a la possibilité de s'opposer à la décision de l'EHF en déposant un recours auprès de la cour d'ici le 21 février 2018.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Protêt confirmé
La Court of Handball de l'EHF confirme le protêt en lien avec le match de qualification pour le Mondial contre la Bosnie-Herzégovine. La Suisse gagne 10-0 par forfait.
16.02.2018
SPL1/SPL2: une semaine marathon avec Amandine Sauty

Elle est capitaine, pivot et blagueuse de la SG Yverdon/Crissier. Toujours prête à encourager son équipe, à la solidifier et protéger. Elle, c’est Amandine Sauty, 32 ans, et passionnée de handball depuis plus de 17 ans. Mais sur le plan professionnel, Amandine est active pour un autre sport – le football.

L’European Club Association (ECA), dont le siège se trouve à Nyon, représente les droits des clubs de football au niveau européen face à l’UEFA et la FIFA. Celle qui, durant son temps libre, est dévouée au handball, organise les événements et congrès de l’ECA, s’occupe des transports, de l’hébergement et du programme. «Quand j’avais terminé ma formation à la Haute école de gestion de Nyon, je n’ai pas trouvé de travail tout de suite», explique-t-elle. «En 2008, j’ai travaillé comme bénévole à l’Euro de foot à Genève, et l’UEFA avait gardé mon profil dans sa base de données. Lorsque l’ECA a cherché quelqu’un pour ce poste, mon profil est ressorti et j’ai pu me présenter.» D’ailleurs, elle n’a jamais joué au foot elle-même ("pire - j'ai fait de la gym aux agrès avant de commencer le handball"), mais préfère voir ce sport à l’écran ou au bord du terrain.

Le poste qu’elle occupe à 80% l’amène régulièrement en voyage à l’étranger. Une dizaine de jours par année, estime la Vaudoise, avant de poursuivre en riant: «J’arrive le matin, et on repart généralement le soir-même. Souvent je ne vois que l’aéroport». Des voyages qui n’empêchent pas Amandine de s’entraîner plusieurs soirs de la semaine. «Tout est une question d’organisation!»

Des courbatures avant l'entraînement
Mais ce n’est pas tout: une fois par semaine, Amandine se lance dans une activité totalement différente. Au lieu de monter dans un avion, elle monte … sur un tracteur. «Avec ma grande sœur, nous soutenons notre père dans son travail sur le domaine agricole.» Proche de la retraite, celui-ci souhaitait que la ferme reste en mains familiales. Et ni Amandine ni sa sœur aînée pouvaient s’imaginer «qu’elle soit vendue ou louée à quelqu’un d’autre». Afin de pouvoir reprendre le domaine à moyen terme, les sœurs ont déjà passé une formation agricole accélérée de dix mois. «C’est très différent de ce que je fais durant ma semaine de travail. Mais ça me plaît», commente Amandine. Même si le vendredi soir, il lui arrive d’avoir des courbatures avant même de commencer l’entraînement de handball …

Avec quatre séances d’entraînement, les matchs, son engagement auprès de deux équipes juniors vaudoises, les séjours à l’étranger et son travail à la ferme, une semaine ordinaire d’Amandine ressemble à une course de marathon. Pourtant, diminuer ses activités, voire se retirer du sport au niveau national n’est pas une option pour elle. «Bien sûr, je ne suis plus la plus jeune de mon équipe ou de la ligue. Mais je ne me sens pas encore ‘trop vieille’ pour jouer au handball. Tant que j’arriverai à suivre les autres et que je ne me sens pas enrouillée, je continuerai.» Pour l’instant, la pivot veut surtout profiter de l’instant présent avec son équipe de SPL2 et rester optimiste pour la suite du championnat.

"On se battra pour gagner des points"
Car celle-ci s’annonce difficile pour la SG Yverdon/Crissier qui doit jongler avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur, Désiré Parfait, et le départ de la topscoreuse Shadya Goumaz. «Ce n’est pas facile d’entrer dans le tour de promotion/relégation avec une nouvelle personne et de nouvelles méthodes de travail», reconnaît la capitaine de l’équipe. «Mais c’est aussi l’occasion d’amener une nouvelle dynamique dans le jeu d’équipe.» Quant au vide qu’a laissé Shadya sur le terrain, elle estime que chaque joueuse doit désormais prendre un peu plus ses responsabilités. Et de glisser que son équipe a toujours été la plus forte quand on l’attendait le moins. Après le premier match mitigé contre le HSC Kreuzlingen le week-end dernier, les Romandes rencontreront le HV Herzogenbuchsee ce samedi. L’objectif d’Amandine est clair: «On se battra pour gagner des points.»
 


SPAR Premium League
SPL1/2 tour de promotion/relégation – 2e journée
Samedi, 17 février
HV Herzogenbuchsee – SG Yverdon & Crissier, 16h (Mittelholz, Herzogenbuchsee)
Yellow Winterthur – GC Amicitia Zürich, 17h (Eulachhalle, Winterthur)
HSC Kreuzlingen – HSG Leimental, 18h (Egelsee, Kreuzlingen)

Tous les matchs peuvent être suivis en direct sur handballTV.ch

Partager:

Source: Carolin Thevenin/image: US Yverdon

Du tracteur au handball
Ce week-end, la SG Yverdon/Crissier affrontera le HV Herzogenbuchsee en tour de promotion/relégation de SPL. Portrait de sa capitaine et pivot, Amandine Sauty.
15.02.2018
Entretien avec Martin Albertsen, nouveau sélectionneur féminin

L’équipe suisse féminine a terminé son premier stage d’entraînement à Hochdorf sous l’égide du nouveau sélectionneur Martin Albertsen. Âgé de 43 ans, ce Danois entraîne le club allemand SG BBM Bietigheim et avait remporté le championnat allemand l’été dernier. Actuellement il est engagé dans le tour principal de la ligue des Champions féminine. Interviewé par la FSH, il livre ses premières impressions et décrit sa philosophie du handball et ses ambitions.
 



Martin Albertsen, vous venez de terminer deux journées d’entraînement avec l’équipe nationale suisse. Quelles ont été vos premières impressions?

Martin Albertsen: Mes impressions sont très positives après ces deux jours. Les joueuses montrent de l’ambition et veulent réussir à tout prix. Je suis confiant, non seulement pour l’équipe nationale, mais pour le handball féminin en général en Suisse. Je pense qu’actuellement il y a beaucoup de jeunes talents, nous n’avons pas à nous cacher en comparaison aux autres nations.

Aviez-vous déjà eu contact avec le handball féminin suisse avant votre engagement comme sélectionneur national?

Martin Albertsen: Je n’aurais pas pris cet engagement si je ne croyais pas en nos chances de progresser. Bien entendu, j’ai analysé la situation et remarqué qu’il y a un potentiel évident. Il y a quelques années, lorsque j’étais engagé à Viborg, nous avons rencontré le LC Brühl en tour de qualification de la ligue des Champions. Et j’ai observé beaucoup d’autres équipes de clubs lors de tournois de préparation au niveau international. Le potentiel futur existe, c’est pourquoi je m’attends à une évolution positive pour les années à venir.

«Les différentes personnalités s’entendent très bien. C’est encourageant, parce que je peux directement me concentrer sur le handball et moins sur la création d’un groupe.»


Vous avez dit que le handball féminin en Suisse ne croit pas assez en ses forces, qu’on se rabaisse inutilement. Comment faut-il comprendre cette idée?


Martin Albertsen: Oui, c’est quelque chose que j’ai ressenti durant les premiers entraînements. A Bietigheim, j’ai l’habitude de travailler avec les joueuses des équipes nationales de l’Allemagne, du Danemark ou des Pays-Bas. Je peux garantir que certaines Suissesses sont au même niveau que ces joueuses-là – mais elles ne croient pas en leurs forces, parce qu’elles n’ont jamais pu se mesurer à un niveau de club d’élite.

De manière générale, le handball féminin en Suisse est meilleur que le prétendent beaucoup de personnes. Bien sûr, cette faiblesse est faite maison, du moins en partie, parce que l’attention du public a manqué ces dernières années. Et cette croyance s’est ancrée dans la tête des joueuses.

Mais je préfère regarder les faits. Quand je vois des talents qui ont le même niveau que les joueuses allemandes ou danoises, je le dis ouvertement. Il est important que mes joueuses puissent s’autoévaluer correctement, parce que c’est une motivation supplémentaire de savoir qu’on a de bonnes perspectives dans son sport. Il ne s’agit pas du tout de mensonge ou de flatterie – je resterai toujours honnête. Mais j’ai vu beaucoup de talent ses derniers jours.

C’est la première fois que vous entraînerez une équipe nationale. Comment appréhendez-vous ce travail?

Martin Albertsen: En club, vous avez beaucoup de temps pour construire et faire évoluer une équipe. C’est différent avec une équipe nationale, c’est pourquoi il faut davantage passer par le handball ‘de base’. Avec beaucoup de petites remarques comment les joueuses peuvent s’améliorer sur le plan individuel. Mon plan est de disposer d’un concept simple pour le collectif, mais d’être avant tout en contact rapproché avec les joueuses afin de les faire évoluer en collaboration avec leurs clubs. Nous construirons une équipe forte en passant par ces qualités individuelles.


Qu’avez-vous remarqué en particulier durant ce premier stage?

Martin Albertsen: J’ai ressenti tout de suite qu’il y a une très bonne ambiance dans l’équipe. Toutes ont montré beaucoup de plaisir et de motivation à travailler. D’ailleurs, c’est ce que beaucoup de nations essaient d’atteindre – nous, on l’a déjà acquis. Les différentes personnalités s’entendent très bien. C’est encourageant, parce que je peux directement me concentrer sur le handball et moins sur la création d’un groupe. C’est une très bonne base de départ.
 

«Le mot d’ordre sera „être solidaire – et le danger est là où il y a le ballon“»


Quelle est votre philosophie de handball?

Martin Albertsen: J’essaie de promouvoir un handball simple, qui peut aussi être attractif. Cela implique de la vitesse, bien sûr, mais pas à tout prix. Il s’agit surtout de réduire le nombre d’erreurs. Si nous nous accordons moins d’erreurs techniques, nous aurons tout de suite plus de chances de marquer des buts.

Bien entendu, nous mettons aussi un accent fort sur la défense. Pour moi, la défense demande beaucoup de travail d’équipe et de soutien réciproque. C’est une question de mentalité d’élaborer une défense solidaire. Cela a l’air très facile en théorie. Mais en tant qu’entraîneur d’équipes féminines de longue date, je sais que ce n’est pas toujours simple à mettre en œuvre, parce que les joueuses se posent beaucoup de questions sur les suites de chacune de leurs actions. C’est pourquoi notre jeu doit rester simple. Le mot d’ordre sera „être solidaire – et le danger est là où il y a le ballon“.

Le 21 mars aura lieu le match à domicile contre l’Ukraine, votre première compétition sérieuse. Que pouvez et voulez-vous changer dans un délai si court?

Martin Albertsen: Le plus important sera de croire en nos forces. Dans leur quotidien, nos joueuses sont en contact permanent avec beaucoup de personnes différentes. Si toutes ces personnes les persuadent qu’elles n’y arriveront pas, je peux garantir une chose: On n’y arrivera pas. Nous devons à tout prix reconnaître le potentiel que nous avons à disposition. Ensuite nous mettrons l’accent sur les tâches à venir et montrerons au public à Siggenthal que nous avons une jeune génération de joueuses très prometteuses. Je promets de faire tout pour y arriver, et j’attends de l’équipe qu’elle en fasse de même.

Il s’agit donc de casser en quelque sorte la mentalité suisse?

Martin Albertsen: Non, ce ce n’est pas ce que je voulais dire. Je suis danois, je ne connais pas la mentalité suisse (rit). Mais il est évident que quand on a l’habitude de perdre, cela devient une routine. Tout d’un coup, une défaite serrée devient un succès. Mais je ne peux pas réfléchir ainsi. Une défaite est une défaite, qu’importe le score obtenu. Je préparerai et accompagnerai l’équipe toujours dans le but de gagner le prochain match. Si nous donnons tout et que nous perdons avec dix buts d’écart, nous devons accepter ce résultat. Mais nous devons toujours tout essayer pour garder une chance de gagner. Par le passé, j’ai vu beaucoup de matchs où je me suis dit: Là, il y avait une possibilité de gagner. Pourquoi ne l’avons-nous pas fait? La victoire doit devenir l’ambition primaire.
 



La personne
Nom: Martin Fruelund Albertsen (43)
Nationalité: Danemark
Etat civil: marié à Anne, deux enfants
Licence d’entraîneur: EHF Master Coach
Club actuel: SG BBM Bietigheim (champion allemand)

Palmarès (extrait)
Vainqueur de la Coupe danoise 2003 (Viborg HK)
Vainqueur de la Coupe EHF 2004 (Viborg HK)
Champion danois 2004 (Viborg HK)
Champion allemand 2006 (HC Leipzig)
Vainqueur de la Coupe allemande 2006 (HC Leipzig)
Entraîneur d’équipe féminine de l’année en Allemagne 2006
Participation à la finale de Coupe EHF 2012 (Viborg HK)
Vainqueur de la Coupe danoise 2012 (Viborg HK)
Participation à la finale de Coupe EHF 2017 (SG BBM Bietigheim)
Champion allemand 2017 (SG BBM Bietigheim)
Vainqueur de la Supercup allemande 2017 (SG BBM Bietigheim)
Entraîneur d’équipe féminine de l’année en Allemagne 2017

 

Partager:

Source: Marco Ellenberger

"Préfère regarder les faits"
Depuis le 1er février, Martin Albertsen est responsable de l'équipe nationale suisse féminine. Dans l'entretien avec la FSH, le Danois de 43 ans parle de ses premières impressions et ambitions.
15.02.2018
Brunner/Salah en Pologne pour diriger un match de ligue des champions

Les arbitres suisses Arthur Brunner et Morad Salah ont été appelé par la Fédération européenne de handball (EHF) pour diriger une nouvelle fois un match au plus haut niveau. Ce samedi, ils arbitreront la rencontre entre Kielce et Celje (SLO) en ligue des champions. Les deux équipes du groupe B tenteront de décrocher leur ticket pour les huitième de finales. En 2016, Kielce avait remporté la ligue des champions lors d'une finale phénoménale contre Veszprem 39-38 - après les prolongations et tirs au penalty (35:35, 29:29, 13:17). La rencontre aura lieu le samedi dès 16h et peut être suivie en direct sur ehfTV.com.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

14.02.2018
Trois questions à ... Désiré Parfait, nouveau coach d'Yverdon/Crissier

Depuis le début de l’année, le Lillois Désiré Parfait a repris l’équipe SPL2 d’Yverdon/Crissier de Zoltan Majeri, parti en Argovie pour sauver le TV Endingen de la relégation en LNB. A 51 ans, Désiré Parfait vient de débuter une nouvelle aventure en Suisse romande. Entretien avec celui qui souhaite mener la seule équipe romande au niveau national en SPL1.
 



Peux-tu décrire ton parcours handballistique jusqu’ici et pourquoi tu as voulu commencer une nouvelle aventure en Suisse?

Désiré Parfait: J'ai joué au niveau national en France. J'ai été très vite attiré par la fonction d'entraîneur: J'ai commencé par entraîner des jeunes et suis rapidement passé sur les adultes masculins au niveau national dans le nord de la France.

Ensuite, je suis parti dans le Sud de la France, ou j'ai continué à entraîner des équipes masculines durant deux ans, avant de passer sur le secteur féminin à Narbonne. Je ne pensais jamais prendre en main une équipe féminine, mais mon ami Michel Plaza, ancien président du club, m’avait convaincu. Tout s'y est passé très vite, puisque nous avons développé le club et effectué cinq montées en sept ans.

Avec la nouvelle direction du club, il y a eu des moments plus difficiles. Malgré plusieurs contacts l'été dernier, j'avais décidé de faire un break. Mais quand vous êtes un passionné, il y a un manque certain. Je voulais changer d'air et connaître une nouvelle aventure, et me suis dit: pourquoi pas en Suisse? Était-ce le hasard, ou le destin? En tout cas, cela s'est fait très vite avec Yves Pfister, président d'Yverdon, qui cherchait un entraîneur. Je peux aussi compter sur le soutien de mon épouse et de mes deux filles qui sont restées à Narbonne.

Comment perçois-tu les équipes que tu entraîneras dorénavant? Quelles sont leurs forces, leurs faiblesses? Et quelle est ta philosophie de jeu, qu’amèneras-tu de nouveau?

Désiré Parfait: Tout d'abord, je voudrais saluer mon prédécesseur Zoltan qui a fait un excellent travail à Yverdon depuis plusieurs années. Les joueurs et les joueuses sont amateurs, avec une priorité au travail et aux études. Ce n'est pas toujours simple de disposer de tous les joueurs aux entrainements et aux matchs. Ma philosophie de jeu est surtout basée sur la défense, en se projetant le plus vite possible chez l'adversaire pour tenter de suite de le déstabiliser. L’équipe masculine (1ère ligue) est assez homogène avec de très bonnes individualités. Chez les dames (SPL2), il y a plutôt une faiblesse sur le plan de la technique individuel. De plus, chez les dames comme chez les hommes, il y a actuellement un manque de physique. Par contre, il y a une grosse envie et de la combativité.

Les deux équipes d’Yverdon jouent actuellement leur promotion. Comment vois-tu leurs adversaires et leurs chances d’accéder au stade supérieur?

Désiré Parfait: C'est un peu compliqué de répondre, je découvre le championnat suisse et les adversaires au fur et à mesure des matchs joués. Ce que je peux dire, c'est que l'on mettra tout en œuvre aussi bien chez les Dames que chez les hommes pour essayer d'accéder au niveau supérieur. A ce stade de la compétition, chaque match est un combat.
 



Sa, 17 février 2018, 16h
HV Herzogenbuchsee - SG Yverdon/Crissier

Partager:

Source: Carolin Thevenin

"Chaque match un combat"
La SG Yverdon/Crissier (SPL2) a un nouvel entraîneur depuis janvier: le français Désiré Parfait a repris l'équipe romande des mains de Zoltan Majeri. Premier objectif: surprendre les adversaires du tour de promotion SPL1/SPL2.
14.02.2018
Andy Schmid meilleur handballeur mondial? Votez maintenant

Quelle reconnaissance! La Fédération internationale de handball, l'IHF, a nommé le Suisse Andy Schmid parmi les cinq candidats au titre de "Meilleur handballeur mondial" de l'année 2017. Outre l'avis du jury, les fans de handball pourront donner leur voix à leur favori: les votes sont ouverts sur le site de l'IHF jusqu'au 20 février.

Les autres candidats au titre sont Sander Sagosen (NOR, Paris Saint-Germain), Nikola Karabatic (FRA, Paris Saint-Germain), Luka Cindric (CRO, KS Kielce) et Domagoj Duvnjak (CRO, THW Kiel). Du côté du handball féminin, cinq joueuses sont également en lice: les deux Norvégiennes Nora Mörk et Stine Bredal Oftedal, la star du handball roumain Cristina Neagu, la Suédoise Isabelle Gullden et Nycke Groot des Pays-Bas.

Le titre de "Meilleur handballeur mondial" a été décerné pour la première fois en 1988 par le "World Handball Magazin" édité par l'IHF. Depuis, la liste des joueurs couronnés se lit comme un tableau d'honneur du handball international. En 2016, le titre avait été attribué au Français Nikola Karabatic pour la troisième fois de sa carrière. En 1989, Jae-won Kang de Pfadi Winterthur avait reçu le titre prisé. Depuis ce jour, le choix du meilleur handballeur mondial n'a plus jamais eu de lien avec la Suisse - jusqu'à aujourd'hui. Un Suisse comme "meilleur handballeur mondial" ferait sensation. Donc: votez, partagez et passez le mot!


 

Liste des meilleurs handballeurs mondiaux

1988: Veselin Vujovic (SFR Jugoslavie)
1989: Jae-won Kang (KOR)
1990: Magnus Wislander (SWE)
1994: Talant Dujschebaew (RUS)
1995: Jackson Richardson (FRA)
1996: Talant Dujschebaew (RUS, 2)
1997: Stephane Stoecklin (FRA)
1998: Daniel Stephan (GER)
1999: Rafael Guijosa (ESP)
2000: Dragan Skrbic (Serbie et Monténégro)
2001: Kyung-Shin Yoon (KOR)
2002: Bertrand Gille (FRA)
2003: Ivano Balic (CRO)
2004: Henning Fritz (GER)
2005: Arpad Sterbik (Serbie et Monténegro)
2006: Ivano Balic (CRO, 2)
2007: Nikola Karabatic (FRA)
2008: Thierry Omeyer (FRA)
2009: Sławomir Szmal (POL)
2010: Filip Jicha (CZE)
2011: Mikkel Hansen (DEN)
2012: Daniel Narcisse (FRA)
2013: Domagoj Duvnjak (CRO)
2014: Nikola Karabatic (FRA, 2)
2015: Mikkel Hansen (DEN, 2)
2016: Nikola Karabatic (FRA, 3)

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Votez maintenant!
La Fédération internationale de handball IHF a nommé Andy Schmid comme candidat au titre de "Meilleur handballeur mondial" de l'année 2017. Les fans peuvent donner leur voix jusqu'au 20 février.
12.02.2018
SPL1/SPL2: Yverdon/Crissier débute par une défaite

En tour de promotion/relégation de SPL, la SG Yverdon/Crissier a encaissé une première défaite contre le HSC Kreuzlingen, samedi dernier à la salle Léon Michaud. L'équipe la mieux classée de ce tour composé de 4 pensionnaires de SPL1 et 2 formations de SPL2 n'a pas trébuché face aux Vaudoises qui se sont inclinées sur le score de 20-33 (8-18). Profitant des erreurs techniques des Romandes, les Thurgoviennes ont creusé l'écart dès la première mi-temps grâce aux nombreuses contre-attaques. 

Si du côté du score, la deuxième partie du match s'est déroulée de manière plus équilibrée, la formation de SPL1 n'a jamais laissé planer le doute sur l'issue du match. Que ce soit au niveau physique ou technique, les différences de niveau étaient trop grandes pour que le Romandes puissent les combler avec leur esprit de combativité. Camille le Men a été meilleure buteuse d'Yverdon/Crissier avec 5 buts marqués, alors que du côté de Kreuzlingen, Pashke Marku (10) et Katharina Winger (8) ont été les topscorers.

Dans les autres rencontres de ce tour, le HSG Leimental, classé au premier rang de SPL2, s'est incliné face à Yellow Winterthur (33-37), alors que dans le duel SPL1, le GC Amicitia Zürich s'est imposé sur le fil contre le HV Herzogenbuchsee (26-25).

Partager:

Source: Carolin Thevenin/image: US Yverdon

Débuts difficiles
La SG Yverdon/Crissier a débuté l'aventure en tour de promotion en SPL1 par une défaite: le Romandes se sont inclinées face au HSC Kreuzlingen 20-33.
09.02.2018
SPL1/SPL2: Yverdon/Crissier défiera le HSC Kreuzlingen

Le tour de qualification à la première ligue nationale féminine, SPL1, débutera ce week-end. Six équipes - quatre de SPL1 et deux de SPL2 - s'affronteront pour décrocher une place parmi les meilleures équipes du pays. Parmi elles, la SG Yverdon/Crissier que certains voyaient pourtant comme candidate à la relégation en début de saison. Or, les Vaudoises ont sû rebondir et construire leur jeu sur une défense solide - la 2e place au classement général SPL2 a été la récompense.

Encadrée désormais par le français Désiré Parfait, la seule formation romande au niveau national débutera ce week-end par un match à domicile (Léon Michaud, 16h) contre le HSC Kreuzlingen qui avait terminé le tour principal de SPL1 à la 5e place. Le défi sera de taille pour cette équipe qui de plus peine toujours à compenser le départ de sa topscorer Shadya Goumaz. Le tour de promotion/relégation durera jusqu'à début mai.
 


Sa, 10 février, 16h
SG Yverdon/Crissier vs. HSC Kreuzlingen (Léon Michaud, Yverdon-les-Bains)

Partager:

Source: Carolin Thevenin

08.02.2018
30 ans de Handballworld: édition spéciale

A l’occasion du 30e anniversaire de Handballworld, le magazine de handball suisse, une édition spéciale «30 Jahre Schweizer Handball – 1988 bis 2018» forte de 200 pages est parue le 7 février 2018. Une équipe d’auteurs, d’éditeurs, de photographes et de collaborateurs a travaillé durant quatre mois pour créer ce recueil exceptionnel. «Nous sommes fiers et heureux que le numéro est dorénavant disponible sur le marché et auprès de nos abonnés», se réjouit Daniel Zobrist, éditeur et fondateur du magazine. Le numéro est rédigé exclusivement en allemand.

Ranking des 30 meilleurs joueurs
L’édition anniversaire jettera un regard sur les points forts de l’histoire du handball de ces trente dernières années. Elle comprendra entre autres les dynasties des champions, présentera les clubs traditionnels ainsi que les équipes nationales et tirera un bilan intermédiaire avec Jürgen Krucker, directeur de la Fédération Suisse de Handball (FSH). L’histoire de la fondation de Handballworld comme l’évolution des championnats internationaux depuis 1988 seront retracées. Les fans de handball pourront s’attendre à un ranking général des stars du sport et à des statistiques nourries, telles que des topscorers, des buteurs lors de matchs internationaux ou encore des gardiens.

L’histoire à succès d’Andy Schmid
Un reportage spécial dédié à Andy Schmid retracera la carrière de ce sportif hors-norme en douze étapes. D’autres joueurs et joueuses seront également mis en avant.

Un vrai fan de handball ne devra pas rater ce numéro d’anniversaire! Vous n’êtes pas encore abonné à Handballworld? Vous pouvez commander l’édition spéciale en envoyant un message à verlag@handballworld.com ou par téléphone (056 437 01 13).

Partager:

Source: Handballworld

07.02.2018
Andy Schmid élu meilleur handballeur de l'année en Allemagne

La star du handball suisse, Andy Schmid a été élue comme «Handballeur de l’année» par les lecteurs du magazine allemand «Handballwoche». «Ces dernières années, c’est toujours un joueur allemand qui a été élu, je me sens très honoré d’avoir reçu ce prix en tant que joueur étranger», commente le joueur de 34 ans engagé aux Rhein-Neckar Löwen. Le gardien allemand Andreas Wolff a été élu au 2e rang devant Steffen Weinhold (les deux au THW Kiel).

Outre cette reconnaissance, Andy Schmid est également candidat au titre de «Meilleur handballeur mondial», attribué chaque année par la Fédération Internationale de Handball (IHF). Depuis son arrivée aux Rhein-Neckar Löwen en 2010, ce joueur clé s’est imposé comme pilier irremplaçable de son équipe et comme joueur d’excellence sur son poste central. Avec son club, Schmid a remporté les deux derniers championnats de Bundesliga.

Les autres candidats au titre de «Meilleur handballeur mondial de l’année» sont Sander Sagosen (NOR), Nikola Karabatic (FRA, les deux à Paris Saint-Germain), Luka Cindric (CRO, KS Kielce) et Domagoj Duvnjak (CRO, THW Kiel). Les fans de handball ont la possibilité de donner leur voix à un des candidats.


 Vote "Meilleur handballeur mondial" 2017 

 

Partager:

Source: handballworld-news/Matthias Schlageter

31.01.2018
Martin Fruelund Albertsen entraînera l’équipe suisse féminine

Originaire du Danemark et âgé de 43 ans, Martin Albertsen sera le nouvel entraîneur de l’équipe nationale féminine dès le 1er février 2018. Il succédera à Jesper Holmris qui avait quitté la Fédération Suisse de Handball (FSH) l’automne dernier pour s’engager en Chine. Martin Albersten a signé un contrat d’une année et demie jusqu’à la fin de saison 2018/19.

Les responsables de la FSH ont réussi à engager un entraîneur de grande renommée sur le plan international. Outre la licence EHF Pro, indispensable à tout entraîneur d’équipe nationale, Martin Albertsen dispose d’une riche expérience au niveau du handball international de clubs. Dernièrement, son travail de construction de trois ans auprès de la SG BBM Bietigheim a été couronné par le titre de champion allemand (Bundesliga féminine) et la participation à la finale de Coupe EHF. Le club est actuellement engagé dans le tour principal de la ligue des Champions. Albertsen vient de prolonger son contrat chez Bietigheim jusqu’à la fin de saison 2018/19 également.

Avant son engagement auprès de Bietigheim, Martin Albertsen avait fait escale à Viborg, Randers et Leipzig, accomplissant à chaque étape un travail excellent. En 2004 déjà, il remporta la Coupe EHF avec Viborg, et amena l’équipe professionnelle danoise en ligue des Champions à plusieurs reprises – la dernière fois en 2012. Au fil de sa carrière, il rejoignit la plus haute ligue européenne avec trois clubs différents.

Riche d’une expérience de plus de 100 matchs internationaux, Martin Albertsen a également œuvré dans le domaine de la relève au début de sa carrière d’entraîneur. Il empocha plusieurs titres de champion danois avec des équipes juniors. Ce père de deux enfants a en outre régulièrement figuré comme expert lors de retransmissions de matchs de handball sur différentes chaînes de télévision danoises.

Grâce à son vaste expérience, Martin Albertsen devra donner un nouvel élan et développer le handball féminin en Suisse. Les choses sérieuses commenceront dans deux mois déjà: fin mars, la sélection FSH disputera deux matchs contre l’Ukraine en tour de qualification pour les Championnats d’Europe. Le match à domicile aura lieu le mercredi 21 mars à Siggenthal.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Nouvel entraîneur national
L'entraîneur danois de 43 ans Martin Fruelund Albertsen encadrera l'équipe suisse féminine dès le 1er février. Il a signé un contrat jusqu'en 2019.
28.01.2018
Candidature Danemark+Suisse pour l'Euro 2022/24: la prochaine étape

La Fédération danoise de handball (DHF) et la Fédération suisse de handball (FSH) sont fières d’annoncer leur candidature commune pour l’EHF EURO 2022/2024. La candidature commune Danemark+Suisse symbolise un partenariat parfait tant pour l’EHF EURO que pour le handball européen. Elle démontre la force de l’association des petites nations. L’EURO pourra ainsi compter sur la somme des expériences combinées des deux pays en matière de handball et sur leur programme ambitieux pour accueillir la manifestation phare de l’EHF dans un format novateur et excitant.

Site internet et vidéo mis en ligne
Avec Danemark+Suisse, l’EURO est assuré de pouvoir compter sur deux hôtes fantastiques dotés d’années d’expérience dans l’organisation d’événements sportifs et animés de la passion pour le handball. Des superbes sites et un accueil de première classe attendent les athlètes, fans et officiels. Pour comprendre à quoi ressemblerait un EURO organisé conjointement par le Danemark et la Suisse, le site internet et une vidéo ont été mis en ligne.

Les présidents des deux fédérations sont heureux de postuler ensemble. Per Bertelsen, président de la Fédération danoise de handball, se dit d’ores et déjà excité à l’idée de ce partenariat: «La candidature pour l’EHF EURO 2022/2024 représente le moment parfait pour un partenariat avec la FSH, et je suis convaincu que rassembler nos expertises et nos forces nous permettra de garantir un événement de handball incomparable. Nous venons de lancer notre candidature commune, et les premiers pas de notre travail ensemble ont été une superbe expérience. Nous sommes très impatients de partager nos plans pour l’EURO avec la communauté européenne du handball ces prochains mois.»

"Une manifestation fantastique"
Ulrich Rubeli, président de la Fédération suisse de handball, va dans le même sens: «Nous sommes très fiers de postuler pour l’EHF Euro masculin 2022/204 au côté du Danemark. Nous n’aurions pas pu espérer meilleur partenaire que la DHF, qui partage notre ambition d’organiser une manifestation fantastique. Danemark+Suisse, c’est le partenariat parfait pour offrir de nouvelles opportunités au handball européen. Et ce pas seulement dans nos pays, mais sur tout le continent.»

La candidature commune Danemark+Suisse est soutenue par l’organisation nationale danoise de manifestations sportives, Sport Event Denmark. Plus d’informations seront communiquées en avril sur cette candidature, avec les plans détaillés, via le site internet officiel www.denmarkswitzerland.com.       

Partager:

Source: DHF / FSH

Site internet en ligne
Le Danemark et la Suisse veulent organiser l'Euro 2022/24 conjointement. Un site internet et une vidéo de présentation ont été mis en ligne.
24.01.2018
Données personnelles: possibilité de renoncer aux offres exclusives

La Fédération Suisse de Handball a prolongé récemment les contrats de partenariat avec la Mobilière et la Concordia jusqu’à la fin de saison 2020/21. Tous les sponsors et partenaires contribuent de manière substantielle au budget annuel de la FSH et ainsi au développement du handball en Suisse.

Tous les membres de la communauté de handball doivent avoir la possibilité de bénéficier des partenariats de la FSH. Ainsi, la mise à disposition des données d’adresses continuera à être un élément des contrats de sponsoring. Notre volonté est de créer, en collaboration avec nos partenaires, une plus-value et des rabais pour tous les membres. Il s’agit d’un nombre limité d’actions, mais qui seront d’autant plus attractives. L’offre exclusive d’abonnement mobile en est un excellent exemple.

Par le passé, des réclamations concernant la transmission de données d’adresses avaient été enregistrées. Tous les handballeurs/ses et tous les membres de la FSH ont la possibilité de refuser la transmission de leurs données aux partenaires de la FSH. Ils renoncent ainsi aux offres exclusives qui seront mises à disposition de la communauté par ce biais.

Toute personne ne souhaitant plus recevoir les offres et activités marketing des partenaires de la FSH est priée d’envoyer un message à mue@handball.ch avec ses données personnelles (pour identification claire) d’ici le 7 février 2018. Bien entendu, les contrats avec nos partenaires stipulent que les données mises à disposition ne seront utilisées que pour les propres activités de marketing (et offres exclusives) et communiquées en aucun cas à des tiers.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Protection des données
Toute personne ne souhaitant plus recevoir les offres et activités marketing des partenaires de la FSH pourra y renoncer en envoyant un message au département Marketing et Events d’ici le 7 février 2018.
24.01.2018
Relance de handball.ch en été / Modification du service des données

La Fédération Suisse de Handball (FSH) plonge actuellement sur la programmation d'un nouveau site internet dont la mise en service est prévue en juillet 2018. Bien entendu, le nouveau site sera à jour tant au niveau technique qu'en ce qui concerne la facilité d'utilisation. Cela impliquera forcément des processus adaptés et des services modifiés pour les clubs.

Comme communiqué pour la première fois en printemps 2016, le service de données des matchs pour les clubs sera arrêté lors de la mise en service du nouveau site internet. Dès juillet 2018, la FSH ne mettra donc plus à disposition les données de match ou classements que le club pouvait intérgrer via "iframe" sur son site. Toutes les données seront dorénavant disponibles via une interface API et devront être extraites de cet outil. Les clubs sont invités à tenir compte de ce changement le plus tôt possible - voir également le pdf ci-dessous. Plusieurs clubs ont déjà adopté la nouvelle interface API.

Certains processus de travail seront également modifiés avec la mise en route du nouveau site internet. Ainsi, tous les formulaires concernant le championnat régulier seront transférés dans le gestionnaire des clubs VAT. Cela concerne également les données personnelles de contact et des clubs. Cette adaptation est nécessaire et basée sur la législation en vigueur sur la protection des données. 

La FSH informera de manière continue sur les avancées et modifications sur le site internet, et se tient à disposition pour toute question ou soutien.
 

Documents:
Mode d'emploi DataService396 KByte

Partager:

Source: Marco Ellenberger / image: www.pexels.com

Relance en été
La mise en place du nouveau site internet de la FSH est prévue en juillet 2018. Les clubs devront tenir compte de plusieurs nouveautés et changements de processus.
24.01.2018
handballTV.ch progresse: 20 pourcents de vues en plus

Durant la première partie de la saison 2017/18, les retransmissions en direct sur handballTV.ch ont atteint plus de 170'000 vues. En comparaison à la saison précédente (140'000 vues), cela représente une progression de 20 pourcents - tout en montrant beaucoup moins de matchs que durant la mi-saison 2016/17.

La progression est d'autant plus importante que le nombre de matchs de qualification en LNA avait été réduit de 90 à 70, et que six matchs ont été retransmis en direct sur MySports. Ces derniers ne font pas partie des statistiques du livestream, ni les matchs produits et retransmis par la SSR (par exemple finale de Coupe et matchs internationaux). 

Le match ayant été vu le plus souvent a été le match de l'équipe nationale contre la Russie dans le cadre de la Yellow Cup du 30 décembre 2017 (3'500 vues) ainsi que la demi-finale de la Coupe suisse entre le BSV Bern Muri et les Kadetten Schaffhausen du 6 décembre avec près de 2'500 vues. La qualité et la stabilité des retransmissions ont été augmentées en collaboration avec l'ensemble des partenaires.

Plus de 136'000 accès ou 80 pourcents des vues proviennent de la Suisse, 4 pourcents (près de 700 vues) ont été enregistrés en provenance de l'Allemagne. Au total, les contenus sur handballTV:ch ont été vus dans plus de 100 pays différents - les livestreams sont disponibles partout sur la planète lorsque la situation contractuelle le permet. Environ 45 pourcents des utilisateurs suivent les matchs sur leur natel ou tablet.

Les livestreams de handballTV.ch sont majoritairement produits par les clubs eux-mêmes qui sont obligés de les mettre à disposition sur cette plate-forme. Le standard de production n'est pas limité vers le haut, les clubs doivent produire au minimum avec une caméra. Tous les livestreams contiennent des graphiques actualisés en permanence (résultat, temps, suspensions, etc.). Le système de production a été spécialement développé par wackerTV.  

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Le livestream progresse
20 pourcents plus de vues: les livestreams de handballTV.ch ont réuni plus de 170'000 vues durant les premiers mois de la saison 2017/18.
22.01.2018
Non à «No-Billag» – la diversité sportive repose sur une SSR forte

La Société suisse de radio-diffusion et télévision (SSR) est l'un des principaux promoteurs du sport en Suisse: elle permet de créer des moments collectifs pour toute une nation. Grâce à la redevance, les Suisses ont accès à des reportages sportives fondées, aux retransmissions de championnats nationaux et d'événements majeurs à l'échelle mondiale. Elle offre une tribune à une large palette de disciplines sportives présentes en Suisse.

Le 4 mars 2018, les Suisses se pronconceront sur l'initiative "No-Billag" visant à abolir la redevance de réception versées à la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) ainsi qu’aux 34 autres diffuseurs de radio et télévision titulaires d’une concession. L’acceptation de cette initiative mettrait en danger l’existence même de nombreux diffuseurs de radio/télévision suisses et la diversité de l’offre serait fortement réduite. Cela aurait également des conséquences négatives sur le paysage sportif suisse. L’initiative vise notamment la Société suisse de radio-diffusion et télévision (SSR), qui perdrait près des trois quarts de ses revenus.

Plus de 100 disciplines sportives
La SSR couvre régulièrement plus de 100 disciplines sportives et consacre au sport un temps d’antenne d’environ 11% sur la SRF, 8% sur la RTS et 12% sur la RSI. Elle réalise des reportages sur les athlètes et équipes suisses, retransmet des manifestations sportives nationales et met l’accent sur les Suisses lors des grands événements sportifs internationaux.

La SSR est en outre partenaire de nombreuses manifestations et fédérations sportives suisses. Les ressources financières qui reviennent aux fédérations sont en partie reversées aux clubs, qui les utilisent pour la promotion de la relève. Pour toutes ces raisons, la SSR représente l’un des principaux promoteurs du sport en Suisse. Elle contribue à encourager le sport pour tous, offre une tribune aux sports minoritaires, assure la qualité des retransmissions sportives nationales et apporte un soutien direct et indirect essentiel aux manifestations, fédérations et clubs sportifs.

Fonction fédérative de la SSR
Sans redevance et sans un diffuseur national fort, les médias suisses devraient compter sur des revenus divisés, basés uniquement sur la publicité et les abonnements, pour assumer leurs frais de production/diffusion. Par conséquent, seuls les sports les plus populaires seraient encore couverts, et à des coûts très élevés. Il deviendrait également compliqué d’obtenir les droits télévisuels pour des événements planétaires, et donc de suivre les Suisses en lice aux Jeux Olympiques ou Championnats du monde par exemple.

Enfin, comme le sport, un diffuseur national permet de fédérer, de créer des moments collectifs au sein de notre pays multilingue et multiculturel. Le match de l’équipe suisse de football contre la France, le 19 juin 2016 aux Championnats d’Europe, est un exemple parmi d’autres ; plus de 2,2 millions de téléspectateurs avaient alors vibré, ensemble, sur les chaînes de la SSR. 

La Fédération Suisse de Handball (FSH) rejoint la position de Swiss Olympic et propose le rejeter l'initiative.

Partager:

Source: Swiss Olympic

Pour la diversité sportive
Le 4 mars 2018, les Suisses se prononceront sur l'initiative No-Billag. En tant que fédération membre, la Fédération Suisse de Handball (FSH) rejoint la position de Swiss Olympic et propose de rejeter le texte.
17.01.2018
Match contre la Bosnie-Herzégovine: La Suisse proteste

La Fédération suisse de handball (FSH) a déposé un protêt auprès de la Fédération européenne de handball (EHF) à la suite du match de qualification aux Championnats du monde contre la Bosnie-Herzégovine. L'adversaire avait engagé un joueur qui ne figurait pas sur le rapport officiel du match.

Le joueur en question (Tomislav Nuic) avait été exclu du match (carton rouge) à la 44e minute. La rencontre s'était soldée par une victoire 21-15 de la Bosnie-Herzégovine. Aucun commentaire ne sera donné concernant la procédure en cours.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

17.01.2018
La FSH a honoré ses fonctionnaires à Winterthour

La Fédération suisse de handball (FSH) a honoré plusieurs de ses fonctionnaires lors du match international du 7 janvier à Winterthour. Engagés depuis 20 ans ou plus, dix arbitres, observateurs d'arbitres et délégués ont reçu une médaille et un diplôme des mains d'Ulrich Rubeli, président central, et de Jürgen Krucker, directeur général.

La Fédération suisse de Handball remercie chalheureusement Reto Bär, Roland Danuser, Daniel Dietrich, Rolf Hasler, Thomas Kohler, Hans-Peter Kurzbein, Edi Loppacher, Lajos Lüscher, Daniel Willi et Andreas Zinnert pour leur engagement bénévole hors-norme. 

Week of the Referee
En collaboration avec les fédérations nationales d'unihockey, de volley, de basket et de handball, Swiss Olympic organise une nouvelle semaine d'action du 15 au 21 janvier sous le nom de "Week of the Referee" qui met l'accent sur le travail précieux des arbitres.

Partager:

Source: Marco Ellenberger / Photo: Felix Walker.

Merci beaucoup!
La Fédération suisse de handball (FSH) a honoré 10 de ses fonctionnaires en marge du match international du 7 janvier. 20 ans ou plus d'engagement: ensemble ils ont oeuvré durant plus de 200 ans (!) pour le handball.
14.01.2018
Qualification au Mondial: Défaite en Bosnie-Herzégovine

L'équipe nationale suisse a manqué l'occasion de se qualifier pour les play-offs du prochain Mondial. La sélection FSH de l'entraîneur Michael Suter a perdu le match décisif contre la Bosnie-Herzégovine à Tuzla sur le score de 15-21 (6-11). Devant 5'000 spectateurs, le jeu d'attaque des Suisses est resté en-dessous de leurs possibilités, réduisant la performance du gardien Nikola Portner à l'état de maculature.

Le public enflammé de Tuzla a vu s'affronter deux équipes défensives fortes, mais sans trouver de véritables solutions en attaque. Après huit minutes, seuls deux buts avaient été marqués (1-1). Ensuite, la rencontre gagna en vitesse - grâce à la Bosnie-Herzégovine qui réussit à marquer à trois reprises en 120 secondes (5-2). Mais un temps mort habilement choisi par Michael Suter remit la Suisse sur le droit chemin.

20 arrêts de Benjamin Buric

Alors qu'en défense, la Suisse resta concentrée pratiquement tout au long du match, elle manqua indiscutablement de puissance et de vision général dans son jeu offensif. Un chiffre en illustration: durant les neuf premières minutes en supériorité numérique, la formation helvétique ne marqua qu'un seul but. Ceci notamment en raison du gardien bosniaque Benjamin Buric qui faisait desespérer les Suisses. Avec 20 arrêts (57%), le gardien réussit un match parfait et fut le garant de la victoire bosniaque. 

Malgré un retard de cinq points, la jeune équipe suisse ne baissa pas les bras, persévérant au contraire durant la deuxième mi-temps. Jusqu'à la 45e minute, elle n'encaissa que deux buts et en marqua quatre à la suite (de 13-7 à 13-11). Et lorsque Dimitrij Küttel fit trembler les filets de Buric à la 51e minute (15-16), l'issue du match semblait tout à coup ouverte.

Inefficacité devant le but adverse
Mais ce fut le dernier but des Suisses. La Bosnie-Herzégovine marqua encore à cinq reprises, alors que les protégés de Michael Suter échouèrent devant le gardien ou dans leur construction du jeu. A l'image du match aller à St. Gall, la jeune équipe manqua d'intelligence de jeu et de hargne - l'inefficacité devant le but adverse s'y ajouta encore. Car tout au long de cette rencontre, la Suisse s'était créée des occasions claires, surtout des positions d'ailiers et du pivot. 

Malgré son manque évident d'expérience dans une ambiance enflammée telle qu'à Tuzla, la Suisse a montré, durant ce tour de qualification, beaucoup d'aspects encourageants. Mais pour gagner contre une équipe du calibre de la Bosnie-Herzégovine, il faudra bien plus de puissance au niveau offensif. L'efficacité suisse à ce niveau ne se trouvait qu'à 29 pourcents - trop peu pour se qualifier pour les play-offs du championnat du monde.
 


 
Qualification aux play-offs Mondial masculin

Bosnie-Herzégovine – Suisse 21:15 (11:6)
SKPC Mejdan, Tuzla – 5’000 spectateurs (complet) – Sr. Herczeg/Südi (HUN).
Buts: 0:1, 2:1, 2:2, 5:2, 5:3, 6:4 (16.), 8:4, 8:5, 10:5, 11:6; 11:7, 13:7 (38.), 13:11, 15:13, 16:13, 16:15 (51.), 21:15.
Sanctions: 7x 2 minutes contre la Bosnie-Herzégovine; 5x 2 minutes contre la Suisse.
Bosnie-Herzégovine: Buric (20 arrêts); Ovcina (4), Peric (1), Mandic, Tarabochia (1), Vrazalic, Panic (6), Terzic (1), Toromanovic, Vranjes (1), Malinovic (1), Nuic (1), Predragovic (2), Vegar (3).
Suisse: Portner (15 arrêts); Meister (2), Rubin (1), Lier (1), Alili (2), Delhees (1), Von Deschwanden (5/1), Röthlisberger, Küttel (2), Maros (1), Huwyler, Dähler, Geisser, Gerbl.

Classement:
1. Bosnie-Herzégovine 4/6
2. Suisse 4/4
4. Estonie 4/2

La Bosnie-Herzegovine est qualifiée pour la phase des play-offs au mois de juin.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Echec
L'équipe nationale suisse n'a pas réussi sa qualification pour les play-offs du championnat du monde. Elle perd le match décisif contre la Bosnie-Herzégovine sur le score de 15-21 (6-11).
12.01.2018
Le match retour en Bosnie en direct sur rts.ch/sport

Malgré la défaite à domicile de ce mercredi contre la Bosnie-Herzégovine, l'équipe nationale suisse a encore des chances de se qualifier pour les play-offs du Mondial qui se dérouleront au mois de juin. La sélection FSH de l'entraîneur Michael Suter devra remporter le match de samedi soir (20h) à Tuzla pour réussir la première qualification depuis huit ans. Le match sera retransmis en direct sur rts.ch/sport.

Partager:

Source: Carolin Thevenin

Match décisif sur RTS.ch
Le match décisif de la Suisse contre la Bosnie-Herzégovine samedi soir à 20h sera retransmis en direct sur le site internet rts.ch/sport. En cas de victoire, l'équipe nationale se qualifierait pour les play-offs du mois de juin.
12.01.2018
Festival de Minihandball 2019 et 2020: organisateurs recherchés

La Fédération suisse de handball (FSH) recherche un ou deux organisateurs qui souhaitent organiser les éditions 2019 et 2020 du festival de Minihandball. Les dates de cet événement majeur du handball des enfants sont d'ores et déjà fixes: le 25 et 26 mai en 2019, et le 16 et 17 mai en 2020. Lors de ces deux journées, environ 1'200 enfants se mesurent dans les catégories Softhandball, Minihandball et Mini-Beachhandball. Les clubs intéressés pourront s'adresser à Daniel Willi, responsable Promotion du Handball (daniel.willi@handball.ch ou 076 375 75 75).

Partager:

Source: Nadja von Büren

12.01.2018
Qualification au Mondial: la Suisse perd contre la Bosnie-Herzégovine

L’équipe nationale suisse n’a pas réussi à se qualifier en avance pour les play-offs du prochain Mondial, mercredi soir à St. Gall. Devant une salle à nouveau complète, la sélection FSH de l’entraîneur Michael Suter a perdu son match à domicile contre la Bosnie-Herzégovine sur le score de 21-24 (12-12). Le verdict tombera samedi (20h) lors du match retour à Tuzla.

Au final, c’est le quart d’heure de la fin du match qui a coûté la victoire aux Suisses. A la 41e minute, la formation helvétique menait encore 18-16, mais elle ne marqua le prochain but qu’à la 57e minute. Trop tard, malgré une défense stable et une fois de plus un gardien redoutable (20 arrêts pour Nikola Portner). Pourtant, la Suisse avait bien entamé son match devant 2'561 spectateurs, menant de trois buts (11-8) à la 23e minute. Mais elle ne parvint pas à conserver son avance: peu avant la fin de la première mi-temps, l’adversaire revint au score en marquant trois buts à la suite. «A ce moment-là, nous avons perdu quelque peu notre courage et la vision globale», avoua l’entraîneur Michael Suter.

En deuxième partie du match, la Bosnie-Herzégovine a démontré plus de sang froid en réussissant à marquer les points décisifs. Le 21-18 à quatre minutes de la fin de Marko Tarabochia a été en effet le coup final. «L’adversaire était très expérimenté. Il nous manquait le calme, l’intelligence et peut-être aussi le niveau tactique pour pouvoir jouer nos attaques jusqu’à la fin», résume Michael Suter.

Durant cette phase finale, les Suisses échouèrent à plusieurs reprises face au gardien adverse Benjamin Buric, engagé en Bundesliga, et perdirent le ballon autant de fois suite à des fautes techniques. Plusieurs acteurs ne trouvèrent jamais leurs marques dans cette partie à ambiance enflammée. Malgré les bonnes performances de Lukas von Deschwanden et du pivot Lucas Meister, des piliers de l’équipe tels que Luka Maros et Lenny Rubin montrèrent trop peu de leurs positions. Par conséquence, les ailiers n’avaient que rarement l’occasion de se mettre en avant comme lors des matchs précédents.

Ainsi la Suisse a perdu son match à domicile malgré un concept tactique tenu du début à la fin, une défense stable et une forte impression du gardien. Autant d’aspects qui conservent l’espoir pour le match retour de ce samedi. «Nous avons gagné en expériences. Beaucoup de nos joueurs viennent de vivre une telle ambiance pour la première fois de leur carrière. Nous savons qu’au match retour, ce ne sera pas différent. Mais ce sont ces situations qui nous feront avancer», conclut Suter.
 



Qualification pour les play-offs Mondial masculin

Suisse - Bosnie-Herzégovine 21:24 (12:12)
Kreuzbleiche, St. Gall – 2'561 spectateurs (complet) Sr. Leandersson/Lindroos (FIN).
Suite des buts: 0:2, 1:3, 2:3, 2:4, 5:4, 6:5, 6:7, 8:7, 8:8, 11:8, 11:9, 12:9, 12:12; 13:12, 14:13, 15:14, 17:15, 17:16, 18:16 (41.), 18:21, 19:21 (57.), 19:22, 20:22, 20:23, 20:24, 21:24.
Sanctions: 2x 2 minutes contre la Suisse, 5x 2 minutes contre la Bosnie-Herzégovine.
Suisse: Portner; Meister (6), Rubin (2), Lier (3), Delhees, Von Deschwanden (5/1), Röthlisberger, Küttel (4), Maros (1), Huwyler, Geisser, Gerbl, Blättler, Dähler.
Bosnie-Herzégovine: Buric; Ovcina (1), Mandic, Tarabochia (5/2), Panic (2), Terzic (2), Vranjes (2), Malinovic, Nuic (1), Predragovic (2), Vegar (6), Toromanovic (2), Peric, Vrazalic (1).

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Balle de match manquée
La Suisse s'est inclinée face à la Bosnie-Herzégovine 21-24 (12-12) mercredi soir à St. Gall, manquant l'occasion de se qualifier directement pour les play-offs du Mondial. Prochaine et dernière chance: ce samedi au match retour à Tuzla.
11.01.2018
Lukas von Deschwanden signe à Stuttgart

Dès la saison 2018/19, un autre joueur suisse sera présente dans la "meilleure ligue de handball du monde" - la Bundesliga allemande. Lukas von Deschwanden a signé un contrat de deux ans auprès de TBV Stuttgart. Le joueur international de 28 ans a débuté sa carrière à Altdorf et rejoigna Wacker Thun en 2009 après avoir fait une halte au HC Kriens-Luzern. Avec son club bernois, von Deschwanden a remporté une fois le championnat LNA (2012/13) et la Coupe suisse à trois reprises (2011/12, 2012/13 et 2016/17). Depuis octobre 2013, il fait partie de l'équipe nationale suisse, a disputé 46 matchs internationaux et marqué 164 buts.

Lukas von Deschwanden suivra l'exemple d'Andy Schmid, de Nikola Portner, d'Alen Milosevic, de Samuel Röthlisberger et de Lenny Rubin et sera le 6e joueur suisse évoluant à l'étranger. "Je quitterai mon club préféré pleurant d'un oeil et riant d'un autre", commente Lukas von Deschwanden. "Thoune est devenue ma deuxième partie durant ces neuf dernières années, et j'ai pu rencontrer beaucoup de gens adorables qui me manqueront. D'un autre côté, je me réjouis de vivre un nouveau défi, tant au niveau personnel que sur le plan strictement handballistique, et de pouvoir me mesurer aux meilleurs dans cette ligue".

Partager:

Source: Wacker Thun/Photo: Roland Peter

10.01.2018
Manuel Liniger et Michal Svajlen salués

En marge du match à domicile à Winterthour contre l'Estonie, les deux anciens joueurs de l'équipe nationale Manuel Liniger et Michal Svajlen ont été officiellement salués et remerciés de leur engagement. Tous les deux avaient annoncé leur départ de l'équipe suisse en été 2017. Manuel Liniger avait porté le maillot suisse à 214 reprises, marquant au total 902 buts. Quant à Michal Svajlen, il a participé à 73 matchs internationaux et marqué 103 buts. 

Le président central Ulrich Rubeli (droite) et Pascal Jenny, membre du comité central (gauche) ont honoré les deux joueurs. La FSH remercie Manuel Liniger et Michal Svaljen pour leur engagement extraordinaire dans l'équipe nationale suisse.

Partager:

Source: Marco Ellenberger

Honorations
Les anciens joueurs de l'équipe nationale Manuel Liniger et Michal Svajlen ont été honorés à Winterthour lors du match à domicile contre l'Estonie.
08.01.2018
La Suisse déclasse l'Estonie à Winterthour

L’équipe nationale suisse s’est mise dans une situation confortable ce dimanche lors de son deuxième match de la qualification pour les play-offs du Mondial. Devant 2'078 spectateurs, elle a déclassé l’Estonie 39-21 (19-10) lors d’un match quasi sans-faute qui s’est soldé par la victoire la plus haute de ces derniers huit ans. En remportant la prochaine rencontre à domicile contre la Bosnie-Herzégovine mercredi prochain, la sélection FSH serait directement qualifiée pour la phase de qualification de juin prochain.

Standing ovations d’un public conquis et des visages rayonnants tant sur le terrain que sur le banc – les joueurs suisses et leurs encadrants ont visiblement savouré les dernières minutes de ce match dominé du début à la fin. A domicile et devant une salle comble, la formation helvétique n’a rien laissé au hasard et a littéralement déclassé son adversaire baltique. « Tout a fonctionné aujourd’hui », s’est réjoui l’entraîneur national Michael Suter après le match.

Après cinq minutes, la Suisse, encouragé par son public, menait déjà 5-1. Malgré un temps mort et deux buts marqués par l’Estonie, la sélection FSH poursuivit sa route vers la victoire : après un quart d’heure, le score affichait 11-4 et l’issue de la rencontre se dessinait déjà. Plusieurs facteurs auront fait la différence : une défense compacte d’abord, avec un gardien Nikola Portner à nouveau excellent (13 parades et 52% d’arrêts), contre lesquels les Estoniens ne trouvèrent jamais de réel remède.

La force offensive ensuite, qui, contrairement au match aller de mercredi, fonctionna à merveille. La Suisse se présenta comme collectif uni et inspiré : à plusieurs reprises, elle enthousiasma le public avec de belles occasions créées et buts marqués. L’ailier droit Maximilian Gerbl en profita régulièrement ; avec sept buts marqués, il réussit un sans-faute et fut sélectionné comme meilleur joueur de la rencontre.

Malgré cette démonstration de force, la Suisse n’est pas encore au bout de ses efforts. Ce mercredi à St. Gall, elle devra affronter la Bosnie-Herzégovine (18h30). « Ce sera un match très différent et plus difficile. Mais nous nous sommes bien préparés et les attendons », commente Michael Suter.
 



Qualification aux play-offs du Mondial masculin

Suisse – Estonie 39:21 (19:10)
Eulachhalle, Winterthour – 2'078 spectateurs (complet) – AR. Bolic/Hurich (AUT).
Série des buts: 3:0, 3:1, 5:1 (6.), 5:3, 6:4 (9.), 11:4 (16.), 11:5, 13:5, 13:6, 16:6 (25.), 16:8, 19:10; 22:10, 22:12, 24:12, 25:13, 27:13, 27:14, 29:14, 29:16, 33:16, 34:18, 36:18, 37:20, 39:20, 39:21.
Sanctions: 2x 2 minutes contre la Suisse, 6x 2 minutes contre l’Estonie.
Suisse: Portner (13 arrêts)/Winkler (dès 38e/5 arrêts); Meister (3), Rubin (6), Lier (1), Alili (1),  Delhees (5), Von Deschwanden (5), Röthlisberger, Küttel (3), Maros (2), Huwyler, Dähler (2), Geisser (2), Gerbl (7), Blättler (2).
Estonie: Ots (11 arrêts)/Varusk (20e – 30e/2 arrêts); Pinnonen (3), Jaanimaa, Patrail (3), Johannson (1), Sillaste (2), Celmins, Toom (3), Rooba (3), Lees, Voika (5/1), Löpp, Varul (1).
Remarques: Suisse sans Raemy, Sidorowicz, Vernier, Markovic, Tynowski (blessés), Schmid (dispensé) et Wick (en suppl.).

 

Partager:

Source: Marco Ellenberger/Matthias Schlageter

Victoire fulimante
L'équipe nationale suisse a déclassé son adversaire, l'Estonie, dimanche après-midi à Winterthour: devant une salle comble, elle réussit un sans-faute sur le score de 39-21 - le meilleur résultat réalisé depuis huit ans.

 

Partenaires
web by zynex | hosting by ssn Fédération Suisse de Handball, Tannwaldstr. 2, Case postale 1750, 4600 Olten
Tel. +41 31 370 70 00 - Fax +41 31 370 70 09 - shv-fsh@handball.ch
Impressum | Rechtliches